Racine d’Artemisia

5,22

L’Artemisia. Cette plante herbacée réputée pour son pouvoir fortifiant. Les principes actifs contenus dans ses feuilles renferment des lactones sesquiterpéniques et autres dont l’artémisine. De nombreux oligo-éléments tels que le calcium, le potassium, le zinc, le magnésium, le phosphore, le souffre et l’iode. Les feuilles séchées sont utilisées en décoction ou en infusion.

Pour des gros volumes, contactez-nous.

ARTEMISIA

La découverte des bienfaits thérapeutiques de l’armoise, appelée autrefois ” ponema ” par les Gaulois, ne date pas d’hier. Cette plante herbacée est réputée pour son pouvoir fortifiant. C’est aussi un excellent stimulant digestif, antispasmodique, anti-inflammatoire, diurétique, antifongique et un puissant antibactérien.

Nom scientifique : Artemisia vulgaris  Noms communs : armoise vulgaire, armoise commune, armoise citronnelle, artémise, herbe royale, herbe aux cent goûts, herbe de feu, herbe de la Saint-Jean

Noms anglais : artemisiamugwort  Classification botanique : famille des astéracées (Asteraceae)

Formes et préparations : infusions, moxas, gélules, huiles essentielles, cataplasmes, poudres, emplâtres, diffusions atmosphériques. L’armoise soulage les troubles digestifs : coliques, diarrhées chroniques, douleurs viscérales, sensations de distension, flatulences. Stimule la sécrétion du suc gastrique, favorisant ainsi l’appétit. Puissant vermifuge : élimine les vers intestinaux  Utilisée en frictionsoulage les maux de ventre, les douleurs thoraciques et les contractions musculaires ressenties au niveau des membres inférieurs, après des efforts physiques intenses. Traitement des phlébites et des varices : stimule la circulation sanguine (luttant contre les jambes lourdes). En médecine traditionnelle chinoise, utilisation du bâtonnet d’armoise séchée en moxibustion pour soigner les différentes affections. Calme les crises d’épilepsie, chasse les insectes nuisibles, par diffusion de son huile essentielle.

Cette plante aux multiples vertus est usuellement recommandée pour apaiser les règles douloureuses. Sa propriété emménagogue permet de traiter les troubles de la menstruation chez la femme, comme les dysménorrhées et les aménorrhées, en augmentant les contractions utérines.

Important : De très nombreuses études ont été publiées sur l’efficacité de l’artémisinine extraite d’une autre armoise, l’armoise annuelle, Artemisia annua contre le paludisme. Les dérivés de l’artémisinine sont d’ailleurs utilisés par les laboratoires pharmaceutiques afin de fabriquer des médicaments antipaludéens comme l’artésunate. L’armoise annuelle est d’ailleurs présente dans la pharmacopée de la Médecine Traditionnelle Chinoise depuis des centaines d’années : elle était déjà indiquée dans le traitement des fièvres liées au paludisme dans certains recueils très anciens.

Effet antiviral. Si l’armoise vulgaire n’a pas été testée directement, c’est l’artémisinine qui a fait l’objet d’études scientifiques ayant pour objectif de tester ses effets antiviraux.

Il a ainsi été démontré que l’artémisinine et ses dérivés utilisés par l’industrie pharmaceutique avaient des effets antiviraux sur différents virus à ADN et à ARN, dont le cytomégalovirus humain, le virus herpès simplex humain, le virus de l’hépatite B, le virus de l’hépatite C, le virus de l’immunodéficience humaine, le virus Zika et le polyomavirus.

Armoise vulgaire et SARS-CoV2. Compte tenu des effets antiviraux connus de l’artémisinine et de ses dérivés et de l’absence de traitement efficace contre le SARS-CoV2, des études scientifiques ont été menées afin de tester leurs effets in vitro sur ce coronavirus responsable de l’épidémie de Covid19.  Les premiers résultats confirment une activité in vitro antivirale de l’artémisinine et de ses dérivés sur le SARS-CoV2. Ce sont des résultats certes encourageants mais qui restent évidemment des résultats préliminaires. D’autres études doivent être menées.

L’armoise vulgaire appliquée à l’oncologie. Plusieurs études se sont intéressées à l’activité anticancéreuse de l’armoise vulgaire. Elles ont été menées in vitro ou sur modèle animal. Les résultats sont très intéressants car non seulement ces études ont permis de démontrer un effet anticancéreux sur différents types de cellules cancéreuses (cellules de cancer du côlon, de cancer du foie, de cancer du poumon) mais aussi certains des mécanismes sous-jacents ont été au moins partiellement identifiés. Les scientifiques évoquent ainsi l’armoise vulgaire comme une piste intéressante à garder en tête pour de nouvelles molécules de chimiothérapie anticancéreuse.

Par exemple, l’étude de G Lian et son équipe publiée en 2018 a permis de confirmer qu’un extrait d’Artemisia vulgaris utilisé sur des cellules de cancer du côlon induit des effets antitumoraux par induction d’autophagie, suppression de la migration cellulaire et perte de potentiel de la membrane mitochondriale tout ceci conduisant donc à un effet cytotoxique de l’extrait d’armoise vulgaire sur les cellules cancéreuses. Parties utilisées. La plupart des principes actifs aux bienfaits thérapeutiques de la plante se localisent dans ses feuilles et ses sommités fleuries.

Principes actifs. Les principes actifs contenus dans ses feuilles sont les alcools sesquiterpéniques, les lactones sesquiterpéniques et les acides sesquiterpéniques. Des flavonoïdes, des coumarines, des polyines, des stérols et des triterpènes y sont également présents. L’essence extraite de ses sommités fleuries renferment également des lactones sesquiterpéniques, dont l’artémisine, des thuyones, de l’hydroxycoumarine, des flavonolglycosides, des polyines, des coumarines, des tanins et de nombreux oligo-éléments tels que le calcium, le potassium, le zinc, le magnésium, le phosphore, le souffre et l’iode. Les feuilles séchées sont utilisées en décoction pour soulager les spasmes musculaires, notamment ceux des muscles de l’utérus. Près de 20 g de cette plante sont à infuser pendant 15 minutes dans 1 litre d’eau chaude. Il est recommandé de prendre 2 ou 3 tasses de la solution obtenue, à n’importe quel moment de la journée, en cas de douleurs articulaires ou musculaires. Chez les femmes ayant des problèmes d’aménorrhée ou de dysménorrhée, le traitement doit débuter 10 jours avant la période habituelle des règles.

https://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/armoise.htm

Poids ND
Conditionnement

10 g

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Seuls les clients connectés ayant acheté ce produit ont la possibilité de laisser un avis.

Produits liés

    0
    Panier
    Votre panier est videRetour à la boutique
      Calculer l'expédition
      Utiliser un code promo
        Vous aimerez peut-être aussi...
        Vous aimerez peut-être aussi…